…un peu de marche, encore


Image

(c) A. E.

Hier, nous avons marché.

Dans les couloirs, les escaliers, les étages, entre les pianos, les harpes, les clarinettes et les percussions.

Marché debout pour accueillir, courbé pour saluer, assis pour jouer

Ostinato de petits gestes, 1+1+1+…, tempo marcato, sostenuto, lento, plusieurs mouvements

La marche toujours.

Le rythme de la maison d’alfée, depuis maintenant dix ans, les pas qui ne se voient pas, ceux qui se font sentir, un peu mal aux jambes, souvent le coeur léger, le sourire aux lèvres. L’air de rien.

Hier, j’ai marché pendant les séances du cycle d’Initiation – celui qui n’existe nulle part ailleurs, celui que l’on veut démanteler quelque part un peu plus haut, cet endroit où on ne sait pas – c’était le jour des ateliers parents/enfants, et nous avons marché ensemble, expérimentant le 1+1+1… la place de l’enfant, ah qu’il est difficile de ne pas être le petit chef de la famille pour le père ou la mère, laisser un autre adulte prendre les rennes,

moment de partage particulièrement enrichissant ces séances-là. Éducatives oui, associatives même. Musicales, toujours. Le geste, être dans le geste, de 2 (et oui les petits frères étaient avec nous aussi, coucou S. !) à 74 ans (et oui les grands-mères étaient là avec nous aussi).

Et puis j’ai marché avec une maman complètement perdue avec sa fille, angoissée à cause de la rigidité d’un professeur, humiliée même, écouter, 1+1+1+…, trouver, chercher, proposer des solutions, rendre le sourire, apaiser. C’est ça aussi la marche, tu croises et rencontres d’autres personnes sur ta route, et puis tu tentes des choses. Le geste. Le geste musical, celui dans lequel tu dois être. Et celui que tu dois partager. Se faire entendre tu sais. 

Et puis j’ai marché avec l’orchestre de jazz, 100 personnes dans le public, à applaudir heureux de voir cet orchestre où le 1+1+1+ formé d’élèves adultes, adolescents, enfants, professeurs, professionnels,

on termine le concert avec « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? », ils chantent, nous jouons, chacun est ce qu’il est, et c’est notre temps. Ils tapent dans leurs mains, je joue du cajòn. Ils chantent, l’orchestre nuance.

Oui c’était aussi une forme de marche hier aussi dans la maison. Avec nos élans, quelques idées, nos actes et les utopies misent en mouvement. Le geste. Celui qui fait toute la différence.

Image

(c) A. E.

Certains aimeraient bien faire le geste de démanteler tout cela. J’espère que leur main vide sera stoppée à temps.

Rien n’est moins sûr.

Alors, on continue nos pas, on continue de marcher.

 

Vous venez ?

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s