…un peu de lettre nue, 26

Parce que le Jour Dénudé d’alfée commence aujourd’hui, avec une lettre.

Cette lettre est à lire là : la lettre nue, 26

maxresdefault

Iannis Xenakis lettre à sa fille Mâa, extrait :

« Il faut apprendre à déjouer notre tendance à rêver bêtement donc à être déçu. Il est plus difficile mais combien plus lumineux de se hisser à une clairvoyance des choses et des gens donc de nous-même beaucoup plus profonde que celle où notre paresse quotidienne nous entraîne. Mais cette clairvoyance, ce sang froid du regard ne doit absolument pas amortir, fléchir, abattre notre action éperdue. Donc il faut se dédoubler mais rester un à la fois. Je dis ça parce que c’est mon expérience renouvelée donc toute fraîche dans les misères de mes échecs ou de ceux que je rencontre. Toi qui as tant de talent dans l’œil et la main tu laisses filer le temps. Nous sommes de la race de ceux qui sont foncièrement inquiets à perpète.

Le seul moyen de s’en sortir est de vivre avec cette angoisse en la détournant vers l’action de la main et de la tête. Pas de passivité, c’est la mort. Se délecter dans le passif est une forme de maladie.

(…)

Ne pense pas à la gloire, pense aux choses mêmes, fais-les. »

Vous venez ?
fusinato_2007_mbi_xenakis_st_part1_web-m
Fusinato, part.1 Iannis Xenakis

…un peu du fleuve Alphée…

île de Folegrandros, F. Le Diascorn
île de Folegrandros, F. Le Diascorn

Ἀλφειός…

Alféo est son nouveau nom. Il continue à serpenter longtemps au Péloponnèse.

Il y avait en Sicile (oh), dans une île (tiens c’est étrange) à Syracuse (j’aimerais tant voir), une fontaine sacrée, elle ne s’appelait pas Désirée mais tout comme, il y avait un fleuve un dieu fleuve amoureux, on dit que leurs eaux se mêlent, on raconte que de la Sicile à la Grèce un tunnel est creusé dans les entrailles de la mer, on murmure que des fleurs poussent venues de Grèce et qu’un morceau de bois jeté dans l’Alphée en Elide réapparaît dans la source d’Aréthuse en Sicile.

Les eaux du fleuve ont permis à Heraclès d’assainir les écuries d’Augias : quelques brèches dans le mur d’enceinte, dévier le cours, et à l’aide du tumulte : continuer le travail.

Il y avait dans notre recherche pour choisir le nom de notre maison une volonté d’y adjoindre beaucoup de bleu et de soleil, nos racines profondes et un peu de sens. Le fleuve n’est pas le seul. Mais on avait trouvé l’accord. Celui qui pouvait émerger de notre cosmogonie personnelle de 2003.

Oui. Alfée pouvait émerger. Comme l’île surgie du chaos.

Coucher de Soleil sur Santorin, F. Le Diascorn
Coucher de Soleil sur Santorin, F. Le Diascorn

Vous venez ?

…un peu du jardin de rose..

Massoud par Reza
Massoud par Reza

Parce qu’il y a des jours où l’on se souvient.

Oui c’est vrai par ici, on aime se souvenir. C’est un peu malgré nous, ce regard et ces résonances d’un temps à l’autre, d’une ligne à l’autre, d’une note à une autre. Musique.

Il y a des jours où l’on voyage, assis là, à sa table. On s’échappe, on écoute, on sent l’air embaumé de fleurs. On se plait à penser que le monde est autre. Qu’un rien dans l’air, une brise, un parfum de rose et de jasmin suffirait à couvrir leur vacarme. Cela fonctionne le temps, le temps de la musique.

La corde vibre, d’une parole l’autre, d’un frottement l’autre, d’une vérité l’autre, d’un homme l’autre, d’une racine l’autre, peu importe : c’est la même essence. Celle de ce matin dans la maison d’alfée, un 4 août.

Un peu à l’abri des nouvelles, ici, dans le bureau de bois clair, en bordure de périphérique. J’écoute le kamanché, je sens le vent dans les montagnes, j’entends le rire des hommes, je lis des poèmes et je me souviens. Je travaille.

« Dans le jardin des roses, hier, l’aube pointait.
La nuit passée, dans mon ivresse, s’effaçait.
J’étais pareil au rossignol.

Des amis, un flacon de vin, du loisir, un livre, un coin parmi les fleurs…
Je n’échangerai pas cette joie pour un monde, présent ou à venir.

Que m’importent les tulipes et les roses,
puisque par la pitié du Ciel,
j’ai, pour moi seul, tout le jardin.

Si, comme Alexandre, tu prétends à la vie éternelle, cherche-la sur les lèvres roses de cette ravissante beauté.

Rien n’est meilleur que le plaisir, fête au jardin, le vin, les roses
Où est passé notre serveur? Il tarde à venir. Qu’attend-il? »

Hafez (~1325-~1390 ) ghazel extrait du Divan

…un peu de pulse…

© Olivier Seignette
© Olivier Seignette

Garde ta pulse, trouve ton battement, régulier avance, marche. Dans la maison d’alfée, dimanche. Un dimanche comme un lendemain. Un lendemain de dernier jour. Un dimanche comme un veille. Demain, la maison d’alfée souffle ses deux bougies. Deux ans d’un peu, de partage, de chronique, de marche, de 1+1+1+, de musique, d’art, d’enfance. Deux ans de bleu. Et d’amis. Demain, et le jour d’après, nous continuerons à marcher. Droit devant. Jonas un peu sous l’eau, pliant dans les vents contraires, mais on sait, on a l’habitude, on n’a pas peur. Un pas puis un autre, on marche. Garde ta pulse camarade. Joue avec, et retombe sur tes pieds, le bras fier. On avance. Nouveau chapitre d’alfée, elle veille. Lumière allumée, toujours en alerte. Le long terme est l’allure. Le mouvement est la vie. On marche même lorsque personne n’y croit. Le Pôle Handicap du CMA 19 ferme dans sa forme mise en place depuis la rentrée de septembre 2010. La Ville n’a pas souhaité l’institutionnaliser, pour une nouvelle direction il est devenu un « projet personnel ». Ce qui signifie que si la personne s’en va, le Pôle ferme. Soit. Fermons. Dans la maison d’alfée, si on te ferme une porte, tu cherches la fenêtre. Et tu trouves. Vous venez ?

…un peu de nos histoires…

Ce vendredi dans la maison d’alfée, nous sommes contents de vous présenter (enfin, oui !) les trois productions principales de la compagnie.
Histoire de reprendre notre histoire là où elle s’était reposée, un temps.

Un bâton de pèlerin, des envies, quelques fiertés aussi.

Oui. C’est vrai.

Parce que un pas puis un pas, voilà. Vous savez la suite.

Vous venez ?

Dors,
Dors,

…un peu de nous, histoire…

tumblr_n77aaoEyxz1rofqk3o1_1280

Demain, nous serons mardi. Et ce mardi, nous fêterons la 5e rentrée du Pôle Handicap du CMA 19.

Pour en arriver là, il a fallu un peu de temps, un peu d’histoire, un peu de vie.

Une naissance, tout plein de différences, une mort, un stage d’enseignement du théâtre avec des jeunes trisomiques, un Papotin, deux films ( un Huitième Jour et un Monde du Silence), des convictions, quelques impossibles, une obstination, la naissance d’alfée en 2003, des portes ouvertes, la création d’un premier atelier au sein d’un conservatoire (le CMA 15) avec l’association des Musicoliers, une clé sous la porte, des éducatrices spécialisées formidables, des conventions, de l’autisme et de l’inhibition, du polyhandicap et des rires, quelques crises d’épilepsie, des larmes, de la bave, de la tendresse, une notion de temps,

et puis, enfin, des retrouvailles, un directeur de conservatoire (Hacène Larbi au CMA 19), deux bâtons de pèlerin, 5 heures par jour 4 jours par semaine pendant 3 mois de coups de téléphone/rendez-vous/feutres rouge ou vert ou noir, des réunions, négociations, un psychiatre médecin chef,

une rentrée, puis une 2e, demain.

Entre temps, une politique de l’ARS, des choix administratifs, des portes fermées, de la non reconnaissance, des claques, des faux amis, des étiquettes, des non !,

la maison d’alfée trace une route, la sienne, la notre, singulière, loin des subventions, des appels d’offre et des comptes à rendre, c’est vrai, l’art c’est tout ce qui reste,

une maison avec des souvenirs dedans, et un plus un plus un, la conviction que demain. Tout ira bien.

Vous venez ?

 

Yoav Friedlander
Yoav Friedlander

…un peu de marche, encore

Image

(c) A. E.

Hier, nous avons marché.

Dans les couloirs, les escaliers, les étages, entre les pianos, les harpes, les clarinettes et les percussions.

Marché debout pour accueillir, courbé pour saluer, assis pour jouer

Ostinato de petits gestes, 1+1+1+…, tempo marcato, sostenuto, lento, plusieurs mouvements

La marche toujours.

Le rythme de la maison d’alfée, depuis maintenant dix ans, les pas qui ne se voient pas, ceux qui se font sentir, un peu mal aux jambes, souvent le coeur léger, le sourire aux lèvres. L’air de rien.

Hier, j’ai marché pendant les séances du cycle d’Initiation – celui qui n’existe nulle part ailleurs, celui que l’on veut démanteler quelque part un peu plus haut, cet endroit où on ne sait pas – c’était le jour des ateliers parents/enfants, et nous avons marché ensemble, expérimentant le 1+1+1… la place de l’enfant, ah qu’il est difficile de ne pas être le petit chef de la famille pour le père ou la mère, laisser un autre adulte prendre les rennes,

moment de partage particulièrement enrichissant ces séances-là. Éducatives oui, associatives même. Musicales, toujours. Le geste, être dans le geste, de 2 (et oui les petits frères étaient avec nous aussi, coucou S. !) à 74 ans (et oui les grands-mères étaient là avec nous aussi).

Et puis j’ai marché avec une maman complètement perdue avec sa fille, angoissée à cause de la rigidité d’un professeur, humiliée même, écouter, 1+1+1+…, trouver, chercher, proposer des solutions, rendre le sourire, apaiser. C’est ça aussi la marche, tu croises et rencontres d’autres personnes sur ta route, et puis tu tentes des choses. Le geste. Le geste musical, celui dans lequel tu dois être. Et celui que tu dois partager. Se faire entendre tu sais. 

Et puis j’ai marché avec l’orchestre de jazz, 100 personnes dans le public, à applaudir heureux de voir cet orchestre où le 1+1+1+ formé d’élèves adultes, adolescents, enfants, professeurs, professionnels,

on termine le concert avec « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? », ils chantent, nous jouons, chacun est ce qu’il est, et c’est notre temps. Ils tapent dans leurs mains, je joue du cajòn. Ils chantent, l’orchestre nuance.

Oui c’était aussi une forme de marche hier aussi dans la maison. Avec nos élans, quelques idées, nos actes et les utopies misent en mouvement. Le geste. Celui qui fait toute la différence.

Image

(c) A. E.

Certains aimeraient bien faire le geste de démanteler tout cela. J’espère que leur main vide sera stoppée à temps.

Rien n’est moins sûr.

Alors, on continue nos pas, on continue de marcher.

 

Vous venez ?

 

 

…un peu de berceuse,

Image

Parce que souvent dans la maison d’alfée,

le mardi matin, au Pôle Handicap,

on peut nous entendre chanter des berceuses,
ce déploiement de la mamané,

la voix maternante pour une langue maternelle à retrouver,

bercer, chanter, réconforter,
vivre.

C’est aussi le propos de notre création autour des berceuses, avec Ombeline et son papa « une nuit sur le jardin du monde »

Vous venez ?

…un peu d’andalouse, un matin au Pôle Handicap

Image

Federico Garcia Lorca au piano,

 

Un matin comme un autre, au Pôle Handicap :
On fera de cette journée une balade andalouse (retrouver ma robe rouge), chanter pieds nus sur le plateau, faire du tissus bleu chatoyant les reflets du soleil dans la Méditerranée, donner le rythme du vent, entendre le rire de T. dans la mélopée, retrouver sa langue maternelle, s’ouvrir au monde, pieds nus dans l’eau, un tambourin en cadence, léger, le triangle comme l’ostinato de nos cavalcades, et nos voix, comme nos pieds, libres. A l’abri du monde.

 

 

sur Le Jour Dénudé, aussi, L’ire nue 13, avec Garcia Lorca

…un peu de don…

Image

Caitro Soto joue du cajòn péruvien

Dans la maison d’alfée aussi nous avons été choyés :

grâce à nos nouveaux adhérents, nous avons pu acquérir ce nouvel instrument : le cajòn

Il nous accompagnera pendant nos ateliers et performances

et les petits, les plus grands, les jeunes des structures médico-éducatives pourront s’en donner à pleines mains.

D’une main à une autre,

d’une main tendue à une main musicienne : le geste et la présence.

Merci à vous, qui allez vous reconnaître.

Vous venez ?