…un peu du fleuve Alphée…

île de Folegrandros, F. Le Diascorn
île de Folegrandros, F. Le Diascorn

Ἀλφειός…

Alféo est son nouveau nom. Il continue à serpenter longtemps au Péloponnèse.

Il y avait en Sicile (oh), dans une île (tiens c’est étrange) à Syracuse (j’aimerais tant voir), une fontaine sacrée, elle ne s’appelait pas Désirée mais tout comme, il y avait un fleuve un dieu fleuve amoureux, on dit que leurs eaux se mêlent, on raconte que de la Sicile à la Grèce un tunnel est creusé dans les entrailles de la mer, on murmure que des fleurs poussent venues de Grèce et qu’un morceau de bois jeté dans l’Alphée en Elide réapparaît dans la source d’Aréthuse en Sicile.

Les eaux du fleuve ont permis à Heraclès d’assainir les écuries d’Augias : quelques brèches dans le mur d’enceinte, dévier le cours, et à l’aide du tumulte : continuer le travail.

Il y avait dans notre recherche pour choisir le nom de notre maison une volonté d’y adjoindre beaucoup de bleu et de soleil, nos racines profondes et un peu de sens. Le fleuve n’est pas le seul. Mais on avait trouvé l’accord. Celui qui pouvait émerger de notre cosmogonie personnelle de 2003.

Oui. Alfée pouvait émerger. Comme l’île surgie du chaos.

Coucher de Soleil sur Santorin, F. Le Diascorn
Coucher de Soleil sur Santorin, F. Le Diascorn

Vous venez ?

…un peu de ah ! ah ! ah…

.
ce matin, dimanche matin

dans la maison d’alfée

on se le tient pour dit mais on ne donne pas sa langue au chat

.
« lâche l’affaire, petite bête, t’es pas à la hauteur ! »

« évoluer, c’est vivre avec son monde ! »

« avoir raison dans la solitude, est-ce vraiment avoir raison ? »

« vous exagérez tout… »

« regardez le côté positif… »

.
et cette bonne nouvelle qui éclate cette semaine !

ce n’est pas encore gagné, mais c’est une belle victoire !!!

.
le CIP (qu’on réduit aux « Intermittents du Spectacle » mais qui se bat pour les chômeurs, les intérimaires, les précaires… plus généralement pour l’assurance chômage) a remporté une large victoire !

celle de la crédibilité…

pas auprès de nous… mais auprès de celui vers qui nous allons avancer avec cette nouvelle…

celui qui nous conseille habituellement d’y aller mollo et avec la manière, de la fermer, que les syndicats sont corporatistes, que les intermittents ça en branle pas une, que le chômeur y gagne un paquet de blé à rien fout’, que ceux du dessus y savent quand même bien de quoi qu’y parlent…

.
ce matin, dimanche matin, celui-là, on a bien envie de lui envoyer un jolitagueule… avec un ruban autour.

.
ça fait 11 ans qu’ils le disent… (11 ans que personne n’écoute…)

et c’est dans les journaux, maintenant…

« Paris, 17 déc 2014 – Le régime d’indemnisation des intermittents du spectacle peut être réformé à moindre coût, selon les estimations réalisées par l’Unedic à partir des propositions des représentants des intermittents et présentées mercredi lors de la dernière réunion de la mission de concertation sur leur statut. »
http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/le-regime-des-intermittents-peut-etre-reforme-a-moindre-cout-selon-de-nouvelles-estimations_1633659.html#JAwAw399JoiTPzvD.99

rappelons, une fois de plus, que le débat ne se réduit pas aux Intermittents…

http://www.politis.fr/Travail-et-temps-libre-Tous,29284.html

.
autour de la table, le partenaire social (c’est lui qui a choisi le terme… pour nous, c’est plus simplement un adversaire) ne va pas rendre la discussion facile…

le risque est grand pour lui de voir, au-delà d’un débat qu’il dira ponctuel, un modèle de société présenté au reste des citoyens et des travailleurs. un modèle plus juste…

alors qu’il est en train d’ébouillanter la grenouille sans qu’elle s’en aperçoive, de creuser les inégalités, de plonger une grande partie des citoyens dans la précarité, la pauvreté, d’éreinter la totalité, tout en retirant des dividendes jamais espérés, c’est pas le moment -pour lui- de laisser croire qu’on peut fabriquer un autre monde…

.
et rappelle-toi une chose : ceux qui ont fait avancer, ont défendu, le dossier des « Intermittents, chômeurs, précaires… » sont tous conscients de quelque chose : par là, ils faisaient de la politique.

faire de la politique, ce n’est pas un gros mot…

c’est s’occuper de ce que celui que tu veux renvoyer dans ses pénates veut garder pour lui : le pouvoir exclusif et la défense de ses propres intérêts. si tu veux reprendre la main, il faut voter, t’engager (asso, collectif, organisation… selon tes appétences) et fabriquer le nombre…

c’est le seul moyen d’influer sur le cours des choses…

et le pouvoir ne sera plus exclusif, mais partagé, les intérêts collectifs…

ça urge !

.
choisis ton camp, camarade !

Hum Toks & E.5131

(et pour commencer, on partage…)

.
déclaration de Samuel Churin :

https://www.facebook.com/samuel.churin/posts/10153403986044046

CIP Limousin :

https://www.facebook.com/groups/293188074175062/

CIP idf :

https://www.facebook.com/groups/293188074175062/

article Politis :

http://www.politis.fr/Un-jour-historique-pour-les,29483.html

///

Sexy Sushi, « je t’obéis »…

///

"art is resistance"
« art is resistance »

…un peu de agir ou…

.
ce matin, dimanche matin…

les réseaux bruissent

l’autorité joue de la concurrence sur les ondes

nous avons peut-être atteint le point de non-retour…

.
acteurs, agissants, nous ferons ce que nous pourrons…

.
les mots d’ordre sont :

« nous n’avons pas d’autre choix que la résistance : c’est agir ou disparaître… »

« résister, c’est créer ; créer, c’est résister… »

.
Hum Toks & E.5131

.
Appel du Conseil National de la Résistance

Sonic Area, « nous n’avons pas d’autre choix… »

///

"art is resistance"
« art is resistance »

…un peu de nos histoires…

Ce vendredi dans la maison d’alfée, nous sommes contents de vous présenter (enfin, oui !) les trois productions principales de la compagnie.
Histoire de reprendre notre histoire là où elle s’était reposée, un temps.

Un bâton de pèlerin, des envies, quelques fiertés aussi.

Oui. C’est vrai.

Parce que un pas puis un pas, voilà. Vous savez la suite.

Vous venez ?

Dors,
Dors,

…un peu d’urgence…

.
ce matin, dimanche matin, dans la maison d’alfée

nous entendons celui-là

nous entendons celle-ci…

mais…

nous ne pouvons nous y résoudre

ne pouvons valider aucune des réponses « qu’on » nous souffle…

(comme pour mieux éteindre les braises…)

.
nous pensons… et agissons

.
le meilleur moyen de vivre le mieux possible dans le monde tel qu’il est..?

l’affronter, le modifier, le bouleverser, le transformer, le changer…

/ « art is resistance » /

tu viens ? tu nous rejoins…?

Hum Toks & E.5131 (pour la maison d’alfée…)

.
Sonic Area « Nous n’avons pas d’autre choix »…

(hommage à Margaret « there is no alternative » Thatcher)

///

"art is resistance"
« art is resistance »

…un peu de berceuse,

Image

Parce que souvent dans la maison d’alfée,

le mardi matin, au Pôle Handicap,

on peut nous entendre chanter des berceuses,
ce déploiement de la mamané,

la voix maternante pour une langue maternelle à retrouver,

bercer, chanter, réconforter,
vivre.

C’est aussi le propos de notre création autour des berceuses, avec Ombeline et son papa « une nuit sur le jardin du monde »

Vous venez ?

…un peu de souffle

Image

J’avais pris les petites routes jusqu’à Apt. Regardé à droite, à gauche, cherché la sous-préfecture. Cligné de l’oeil avec le soleil pâle de décembre. Les papiers sur le siège du mort. Tout était prêt. Rien oublié. Vingt fois j’avais vérifié le contenu. Les signatures. Les statuts et l’idée force d’universalité. C’est-à-dire, aucune limite, ou alors le moins possible.

Des initiales, un peu de magie, de l’agir et des copains. Alfée était née des terres brûlées. Tout pouvait commencer. C’était l’avenir en marche.

Depuis il y a eu du sommeil, des impossibilités, du temps qui passe, à l’ombre, et puis de plus en plus de lumière, des créations, des conventions, des rencontres formidables, des avancées, un site, du partage, de l’émulation, une précision des choses, de ce qui nous lie,

 

 

 

merci à tous ceux avec qui les événements ont été partagés, pensés, vécus, créés, dépassés aussi.

merci à ceux qui ont rejoint notre maison en construction, toujours, chaque jour, encore un peu plus.

merci à tous les enfants avec qui nous avons joué, avec qui nous jouons encore, avec qui nous jouerons demain.

 

Vous venez ?

On souffle.

Dix bougies.

Image

@ colin blakely

…un peu de rose et de rose et de rose…

Image

« Once upon a time, the world was round… »

Gertrude Stein, the world is round, illustré par Clément Hurd, 1939

Dans la maison d’alfée, on aime bien jouer avec les mots, la sonorité des mots.

Lorsque le mot n’est plus concept mais jeu vocal.

Il nous permet, par des installations sonores, par des performances communes, de retrouver le son d’une voix perdue dans les inhibitions, les méandres d’une histoire, d’une pathologie.

On joue, on chante, et puis les sons deviendront matière à se dire, à s’entendre. A sourire.

Ici aussi, le bleu est notre couleur préférée.

Image

…un peu d’une nuit sur le jardin du monde…

Une nuit sur le jardin du monde

Les 31 mai et 1er Juin auront lieu les Journées Culturelle de la Petite Enfance.

Alfée y participe avec deux représentations du conte musical, construit autour des berceuses : « Une nuit sur le jardin du monde » (commande de la Ville de Paris).

Chantés et accompagnés par les enfants du Conservatoire.
Direction musicale et récitante : Agathe Elieva