…un peu de fondamentaux, cette liberté dont ils nous parlent…

Image

Dans la maison d’alfée, nous sommes libres.

Libres, avec de la mémoire dedans.

Aujourd’hui, c’est mercredi. Le jour des enfants. Et finalement, je suis libre de l’être encore. Enfant. Apprenti. En devenir.

Alors, je retourne à mes fondamentaux.

Et je continue de recevoir,

re-découvrir, renouer,

ré-affirmer

certaines notions artistiques, philosophiques, musicales.

Une ligne. Une portée. Celle sur laquelle je me trouve en équilibre au bord des mondes.

Image(federico hurtado)

Quand j’étais une jeune élève d’écriture et de composition, j’avais un professeur. Un maître de musique. Lui-même était l’élève d’un maître. Et ainsi de suite.

Peu importe l’âge en musique, on apprend à jouer tous ensemble, à se vivre ensemble. On se doit d’ailleurs de le faire.

Enfin, ici, c’est ce que nous croyons.

Et c’est ce que nous tentons de créer dans chacune des performances, créations artistiques, auprès des différents publics.

Exploser les limites, l’étiquette, le vecteur, la ligne unique.

Tout est dans tout. En musique c’est évident. Toutes les notes vibrent dans une seule.

Dans ce temps qui vibre de tous les autres temps.

« Que savons-nous du son [Klang] et finalement du [Ton] musical ? Pas beaucoup plus que l’homme préhistorique qui, obéissant à une impulsion intérieure vers la liberté, l’a découvert par une recherche inspirée et, sans le savoir, l’a emprunté à l’univers. Qu’est-ce que le son [Klang] ? Le son est mouvement. Le son est vibration. Qu’est-ce qui se meut ? La matière brute : une corde, une masse d’air ou de métal. Nous savons que tout est mouvement. Si le son est mouvement, qu’est-ce qui distingue le son pouvant devenir musique des autres formes de mouvement ? C’est la structure spécifique et à nulle autre semblable [unverwechselbare] qui est à sa base : les vibrations égales, et qui demeurent égales. »

La Musique n’est rien, Sergiu Celibidache

(textes et entretiens pour une phénoménologie de la musique), éditions Actes Sud

Aujourd’hui, j’ai repris une dose. De mes fondamentaux oui.

Exigence ? Tiens donc. Il y avait longtemps.

La musique n’est rien. Elle est un exercice de notre liberté.

S. Celibidache

Image